Réussir sans âme ou échouer avec des valeurs?


C’est le choix qui s’est présenté à Shai Agassi. Il y a quelques années, il avait l’occasion de devenir le PDG de SAP, l’un des plus important fournisseur de logiciel au monde. Ce mois-ci, il raconte dans Harvard Business Review pourquoi il a refusé l’emploi.

«Je me suis vu à 50 ans ayant accepté le poste de PDG. J’ai imaginé que non seulement SAP avait réussi sous ma gouverne, mais nous étions devenu numéro un, devant Microsoft.»

Puis, il s’est imaginé ayant refusé l’emploi pour réaliser son rêve: lancer Better Place, une entreprise qui cherche à révolutionner le modèle d’affaires automobile en misant sur la location de batteries pour voitures électriques.

«Je me suis vu dans le pire scénario, celui ou Better Place aurait échoué. Après avoir marché toute la nuit en jonglant avec ces deux scénarios, j’ai compris qu’il n’y avait pas de doutes… Je préférais échouer à Better Place que réussir à SAP, parce qu’aucun emploi ne se compare à essayer de sauver la planète

Pour avoir fait le même choix que lui (toute proportion gardée), je peux vous dire une chose: il n’y a rien de plus gratifiant que de se lever le matin sachant que l’on vit ses valeurs sur le plan professionnel.